14 nov. 2011

PLATEAU DES GLIERES 1944

67 YEARS AFTER...LE PLATEAU DES GLIERES JANVIER 1944

Pour vous remettre un peu dans l'ambiance...

Ce plateau naturel fût un haut lieu de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment en rapport avec son territoire montagneux favorisant l'émergence d'un maquis organisé et dirigé par le lieutenant Tom Morel, Compagnon de la Libération. Le plateau des Glières fut choisi en janvier 1944 pour recevoir les parachutages britanniques d'armes pour alimenter la résistance locale, puis comme base d'opérations sur les arrières des Allemands au moment du débarquement attendu des Alliés. Zone dégagée, peu accessible par la route, donc par l'ennemi, mais aussi repérable par les avions alliés par sa proximité du lac d'Annecy. La « bataille des Glières » (mars 1944) fit 121 morts chez les maquisards face à près de 5 000 soldats de la Wehrmacht et miliciens de Vichy.

Si les Anglais ont bien effectué trois parachutages sur le plateau (dont un grand le 10 mars, soit, au total, quelque 45 tonnes d'armes), les renforts promis par l'envoyé de la France libre, le capitaine Cantinier, ne sont jamais arrivés.

Source : WIKIPEDIA

Je vous présente un lot sorti grâce à un ami dont le père, maquisard, a participé au maquis du plateau des Glières en 1944.

Voici ces objets chargés d'histoire, sortis de l'oubli 67 ans après, ils reposaient paisiblement dans le grenier d'une maison d'un ancien instituteur en Savoie, qui fut maquisard à lépoque.(Lucien G.)




Souvenirs provenant du maquis du plateau des Glières.


    Sur cette photo, vous est présentée une mitraillette STEN et son chargeur avec une suspente de parachute faisant office de bandoulière, ainsi que les prises de guerre du maquisard Lucien G. : casquette de sous-officier de la SS-Polizei taille 56, le ceinturon du même homme et une plaque de ceinturon, dénazifiée avec les initiales d'un de ses compagnons d'arme.
 
 

Prises de guerre sur les éléments "SS-Polizei"régiment,, présents pendant les combats.
 
  La casquette est dans un état de conservation remarquable, il manque malheureusement l'aigle.
 

Détail
 
  Détail du rhodoïd intérieur avec le nom du chapelier allemand.



Pour la "petite anecdote", comme dirait mon cher Olivier C., ce lot sort du même endroit que ce fabuleux casque allemand modèle 35 à double insignes de la Poilzei ainsi qu'un ceinturon également avec plaque en aluminium et cuir de ceinturon noir.
En effet, ce casque et ce ceinturon sont sortis il y a quelques années grâce à un collègue d'Olivier C. et lui a été donné avec la même histoire :

"Casque provenant du maquis du plateau des Glières, trouvé et "ramassé" près d'autres effets militaires allemands abandonnés par les régiments ss-polizei,  non loin d'une rivière, qu' ils ont été contraint de traverser à la nage pour fuir les maquisards qui étaient à leur "talons".



Les infos sur cette page d'histoire du plateau des Glières sont les bienvenues en vue d'un article dans un magazine spécialisé.


Nous cherchons également à identifier les deux régiment SS-Polizei, présents et mobilisés pour cette intervention militaire.
On nous a parlé des régiments 17 et 18 ? Il auraient étaient rappelés de Yougoslavie, ou ils luttaient contre les partisans.

 


 



Toutes ces pièces sont en collection privée et ne sont pas à vendre.


PLATEAU DES GLIERES - 1944 - GLIERES - PLATEAU - MAQUIS - MAQUIS SAVOIE - SAVOIE - MAQUISARD - SS-POLIZEI -

1 commentaire:

  1. Bonjour


    Je m'appelle Jean-Loup G., et je prends contact avec vous concernant les objets de la Polizei qui sont en photo sur votre blog ici: http://souvenezvous44.blogspot.ch/2011_11_01_archive.html

    Ces objets ont trè certainement été abandonnés par des membres du Polizei Regiment 19, qui était en Haute Savoie.

    Pouvez vous me dire si les noms des soldats se trouvent par hasard inscrits ou gravés dans la casquette, le casque, les ceinturons, etc?




    Cordialement




    JEan-Loup

    RépondreSupprimer